RETOUR A L ACCUEIL                  SAINT-BARTH & SAINT MARTIN

            retour au sommaire

Du 18 mars au 20 mars 2009

SAINT BARTHELEMY
                                                                                                              

La houle est devenue faible, les enfants dorment. L’heure du départ pour Saint Barthélemy sonne.
Bénéficiant de la présence de notre équipier supplémentaire, nous jugeons opportun d’effectuer ce trajet de 60 milles de nuit.
La météo n’annonce que 10 à 15 nœuds de vents et nous promet une navigation paisible au portant. Hélas c’est bien trop faible pour Galinette qui se traîne à trois nœuds, ballottée par la houle de nord. C’est donc au moteur et sous pilote automatique que l’on rallie st Barth au petit matin. Nous sommes très surpris par le nombre impressionnant de voiliers présents ici. Après avoir évité une tortue, nous ancrons devant le village de Corossol, à proximité de la ville principale : Gustavia.

                                                       COROSSOL            GUSTAVIA

Le contraste avec Barbuda est saisissant : les magasins de luxe abondent et il faut se frayer un chemin dans les rues entre les voitures de sport ou les gros tout-terrains. Les paquebots et les énormes vedettes privées déversent continuellement leurs passagers en quête de boutiques « duty-free ». L’architecture est tout de même très agréable, teintée d’influences créoles et de rigueur d’Europe du nord (la suède régnait sur l’île pendant un siècle).

                                                                                    CLOCHER

Afin de visiter plus largement cette petite île nous décidons de louer une voiture le lendemain. La visite terrestre nous réserve de bons moments : la côte est très découpée, offrant de beaux points de vue sur des criques magnifiques. Nous faisons une halte dans l’anse du colombier. L’accès se fait par un sentier pédestre d’un kilomètre environ qui surplombe l’océan d’un bleu profond ; de nombreux "Paille-en-queue" planent au-dessus de nous, est-ce la période de nidification ?

                                    PETITE ANSE            PAILLE EN QUEUE            COLOMBIER

Les enfants sont ravis et s’entraînent à plonger depuis un banc rocheux proche de la plage. L’île est très bien arrangée, propre et adaptée aux besoins de la clientèle aisée qui fréquente les lieux. Ce coin d’Antilles a en effet des airs de Saint-Tropez.

Le 20 mars nous cinglons vers Saint Martin, distante d’une quinzaine de milles afin de déposer Philippe à l’aéroport de Grand Case (Côté français).

Du 20 mars au 15 avril 2009

SAINT MARTIN-SAINT MAARTEN

                                                                     BUS

Ce territoire est depuis des siècles partagé entre France (nord et ouest) et Hollande (est et sud). Sur place, pas de frontière et une omniprésence du dollar US et de la langue anglaise où que l’on se trouve. Nous la contournons par le sud en passant devant l’aéroport international, se faisant au passage survoler par plusieurs avions gros porteurs qui donnent vraiment l’impression d’atterrir sur la plage. A 16H Galinette est finalement amarrée au ponton de la marina Fort louis de forme arrondie, en plein centre de Marigot : la capitale française.

                                                                                    MARIGOT

Cela facilite le départ de Philippe le 21 mars, l’arrivée d'Annie dans une semaine et tous les travaux que nous comptons effectuer à bord.
Nous allons rester dix jours accostés entre les « méga-yachts », dont certains s’offrent le luxe d’avoir un hélicoptère sur le pont supérieur.

                                                                                    HELICO

L’équipage est trois mois de la fin du congé sabbatique mais le virus du voyage en voilier nous a tous atteints, petits et grands.

La décision est prise : nous rentrerons en métropole comme prévu en juillet pour reprendre nos activités respectives avec l’espoir de revenir à bord dans deux ans pour une nouvelle croisière d’un an. Le bateau, lui, restera aux Antilles en attendant ses occupants.

Dans cette perspective, et dans la mesure ou notre budget n’est pas épuisé, il nous paraît intéressant d’effectuer quelques aménagements. Saint Martin est connu par tous les plaisanciers comme une zone hors-taxe notamment pour les achats d’équipements nautiques. Galinette va être équipée durant les trois semaines à venir d’une éolienne, de six nouveaux hublots, d’un barbecue à gaz et d’un nouveau moteur pour l’annexe.

Le remplacement des hublots ronds prend pratiquement une semaine car il faut successivement découper le pont, traiter l’acier mis à nu, refaire la peinture et fixer les nouveaux hublots.

                                       HOBLOT            HUBLOT             HUBLOT

Le 26 mars Annie (la mère de Florent) arrive, chargée de provisions alimentaires de métropole dont nous sommes de plus en plus friands.

                                                                                ANNIE

Après avoir pris ses repères à bord et une fois le décalage horaire encaissé, elle part visiter la ville tandis que les enfants effectuent leur scolarité matinale.
Le marché de Marigot retient toute son attention.

                                                                                MARCHE

Après avoir terminé nos aménagements à bord nous partons au Pic Paradis, point culminant de l’île, qui offre un superbe panorama qui s’étend jusqu’à st Barth, Anguilla et Saba, les îles les plus proches.
L’après midi est consacrée à la visite du zoo de Phillipsburg, qui présente la majorité de la faune terrestre des caraïbes.

                                 PHILIPSBURG             PARADIS            ZOO

Nous quittons finalement la marina en voilier pour nous diriger vers Grand Case, village situé à 5 milles au sud de Marigot. L’arrivée des avions sur l’aéroport est, ici aussi, très impressionnante.
Après le long séjour au port on est tout heureux de retrouver l’eau claire et la plage.

                               AEROPORT            PLAGE            GRANDCASE

Nous flânons dans le marché artisanal du mardi soir en compagnie d’île de jade avant d’aller nous manger dans un restaurant de plage le calmos café.

                                                       marche            RESTAU

Le 3 avril Galinette franchit le chenal d’accès de l’anse Marcel, dont la faible largeur est un peu inquiétante. Toute la baie est occupée par un complexe hôtelier très select et une marina. Lilian bénéficie d’une coupe de cheveux sur le ponton tandis qu’Elsa poursuit son cursus scolaire du C.N.E.D.

                                MARCEL            CHEVEUX            MARCEL

Le lendemain on prend la direction du lagon de Saint Martin afin de se rapprocher de l’aéroport. Il est nécessaire d’emprunter le canal lors de l’ouverture du pont routier, qui, même relevé, donne l’impression de passer bien près du mât. Le lagon donne un spectacle peu réjouissant avec nombre de bateaux délabrés en cours de rénovation qui flottent sur une eau plutôt marron.Dans le chenal, nous talonnons à deux reprises sans gravité avant de rejoindre le quai d’Island Waterworld du coté hollandais.

                                                                                        pont                              

Pendant qu’Annie nous survole dans son Boeing pour Paris, nous terminons les préparatifs avant le carénage de Galinette.
Il faut absolument débarrasser la coque de ses longs filaments d’algues vertes qui poussent depuis près de trois mois.

                                                                                AVION

Le chantier que nous avons choisi ne possède que trois places à sec mais nous sommes aux petits soins pendant trois jours. Plusieurs volatiles viennent occuper les enfants pendant que les travaux de peinture se déroulent. Nos voisins de terre-plein, les Québécois Céline et Pierre  nous invitent un soir à souper sur leur ovni 435 « chandelle »
Elsa passe la soirée à jouer avec leurs deux chats alors que Lilian s’endort à table.

                            SORTIE            COQ            MISE A L'EAU

Galinette a changé de coloris d’antifouling et est prête à nous offrir de belles navigations dans les Iles Vierges Britanniques.

Nous faisons un dernier crochet par Marigot pour voir le voilier « Ile de Jade » avant sa transat. Nous retrouvons aussi « Ancolie » qui suit le même trajet et « Loiska », de Cassis, qui prend la même direction que nous.
Sur « île de jade », Céline, Louane et Milo rentrent en avion alors que Fabrice attend ses équipiers. Nous passons deux soirées ensemble avant de se quitter en se promettant de se revoir en métropole quand nous aurons repris notre vie de terriens…

                                                                                DANSE

Le 15 avril c’est le départ pour les Iles Vierges, 70 milles à l’ouest, dont on a entendu le plus grand bien.

                                                                                     

 

HAUT DE PAGE