RETOUR A L ACCUEIL                                     LA TORTUGA

            retour au sommaire

Du 16 septembre 2008 au  22 septembre 2008 Ile de la Tortuga (Vénezuela)        


Après une navigation de 14 heures dont 13 de voile et une pointe à 12 nœuds, nous atteignons la Tortuga au petit matin. Nous retrouvons  une eau bleu turquoise si transparente que nous voyons le fond par 11 mètres de profondeur…Et de longues plages de sable blanc désertes..

                                                         playa caldera                    PLAYA CALDERA

Cette île est quasiment déserte, hormis deux cabanes de pêcheurs et une posada  au mouillage de Playa Caldera.

Nos activités de la semaine se résument ainsi :

-         cours du CNED de 7h30 à 9h30

-         plage et baignade jusqu’à midi pour les enfants et les mamans, pendant que Flo et Fabrice partent à la chasse. Dans leurs filets, nous comptons 4 langoustes, un barracuda, des gros yeux rouges (sorte de rougets), une trentaine de lambis (gros mollusque dont on consomme le pied). Le plus dur étant d’extraire la bête de sa coquille !!!

                    LAMBIS                    LAMBIS                    LAMBIS

-         Retour au bateau pour le repas de midi suivi d’une sieste pour les plus petits, d’une baignade à l’arrière du bateau pour les filles ou snorkelling avec les mamans.

-         Vers 16 heures, retour sur la plage ou dans le lagon où nous barbotons dans 1 mètre d’eau en milieu de la mer…

                        PLAGE                          BAIN                            PLAGE

Les femmes aussi pêcheront environ 2 kilos de tellines sur la plage et Elsa et Louane passeront une bonne après midi, armées de leur canne à pêche, de la plage arrière de Galinette, elles totaliseront 20 poissons en une heure. Bravo les filles !

N’oublions pas de mentionner les trois bonites attrapées à la traîne lors du changement de mouillage… Bref, nous avons mangé du poisson à chaque repas !

Nous avons passé une semaine extra en compagnie d’île de jade. Mais c’est ici que nos chemins se séparent : nous partant aux Roques et eux, par un manque d’autonomie en eau et gasoil dû à un bateau plus petit que Galinette, préfèrent retourner à Marguarita et faire route vers l’île de la Blanquilla.

                                                             DEPART                    DEPART

Cette séparation est un véritable déchirement autant pour les enfants que pour les parents. Nous esperons les retrouver sur notre chemin avant la fin de l'année sabbatique.

Cap sur l'archipel de los Roques à 100 miles au nord-est ou l'on doit retrouver philippe et Florence …

HAUT DE PAGE