RETOUR A L ACCUEIL                                          Trinidad

            retour au sommaire

Du 05 aout 2008 au 7 aout 2008    Trajet de Tobago à Chaguaramas (île de Trinidad)    

Notre séjour à Store-Bay (île de Tobago) dure 3 jours.

Nous sommes un peu déçus par ce mouillage; les plages et l’eau bleu turquoise sont dignes de la carte postale, vues de la mer. Mais en regardant de plus près, une barrière de corail longe toute la plage ce qui donne au bord une température avoisinant les 33°, où baignent les arrêtes de poissons jetées à la mer par les pêcheurs ! Le lagon est protégé, il est donc interdit de s’ancrer pour ne pas détruire le corail. 
Nous y allons en annexe, espérant pouvoir se mettre à l’eau dans  un mètre d’eau pour observer les poissons.
L’expérience n’est pas très concluante :
            -l’eau est très chaude et les poissons ne sont pas vraiment au rendez-vous

            -Sandra n’apprécie pas de toucher les coraux avec ses pieds car il y a si peu d’eau que nous ne pouvons pas chausser nos palmes

            -Nous touchons plusieurs fois l’hélice du moteur dans le lagon vu le peu de profondeur.

Bref, nous finirons sur la plage  municipale, toute petite et peuplée uniquement de Tobagoniens, sans cocotiers mais où l’eau est propre et à 28°.

Nous nous rendrons à Scarborough afin d'effectuer les formalités de douanes et d’immigration pour la sortie de Tobago. Nous arrivons à la capitale en « pays connu » : retrait d’espèces à la blue-machine, immigration en même temps que l’arrivée d’un ferry (un capharnaüm indescriptible) ,douane, fast-food, marché et courses, gare des car. Seul de nombreux orages gâcheront un peu la journée.

                                            FAST FOOD                                        RUE SCARBOROUGH

Nous partons pour Trinidad le mercredi 6, avec une mer belle, sans aucune brise. Nous pêchons un King-Fish (Thazard franc) de  2kg 400, espèce de maquereau géant très apprécié à Tobago. Nous faisons une halte pour la nuit à Grand Rivière, plage où viennent pondre les tortues luths. Nous récupérerons des coquilles d’œufs déjà éclos mais nous ne verrons pas la moindre tortue.

                                            THAZARD                                        OEUF TORTUE

Le lendemain, après une navigation très calme et un passage dans les bocas del dragon, petite passe très étroite entre les falaises où le courant et le vent ne sont pas très cléments avec les plaisanciers (nous avons 3 noeuds de courant dans le nez mais le vent avec nous), nous arrivons à Chaguaramas.

Du 07 aout 2008 au 18 aout 2008 Chaguaramas et l'île de Trinidad

Grande baie où se côtoient gaziers, pétroliers, plate-forme pétrolière, chalutiers, voiliers, annexes et barques de pêche. Tout ceci sans aucune réglementation : chacun va à la vitesse  qu’il souhaite, zigzaguant entre les annexes, les bouées de mouillage et les cargos en démolition… C’est un joyeux désordre qui, finalement, se passe sans trop de problèmes. Ceci avec une dizaine de nationalités, la palme revenant aux américains qui laissent leurs bateaux en hivernage pendant la saison cyclonique. Les voiliers voisins ont des pavillons canadiens, suédois, sud-africains, brésiliens, espagnols, allemands, français, anglais…

Les cargos, pétroliers, porte-conteneurs sont toujours américains, les gros chalutiers sont vénézuéliens, seules les barques de pêche sont trinidadiennes !

                                                    CHAGUARAMAS                                            CHAGUARAMAS                                       

A terre, par contre, tout est très bien organisé. Tout est sectorisé en une quinzaine de chantiers navals, chacun comprenant un hôtel , un restaurant, un supermarché, un cybercafé, des sanitaires, une laverie ainsi que des échoppes d’artisans voiliers, ferronniers, mécanos, soudeurs , accastilleurs, vendeurs divers…Chaque chantier porte un nom et une marina à l’entrée avec un quai à dinghy (annexe), ou louent des bouées ou corps-morts. Tout est fait pour le plaisancier !

Au milieu, le poste à essence, l’immigration et les douanes. Heureusement que nous avions un plan sur notre guide de navigation !

Nous avons trouvé place dans la partie réservée aux bateaux ancrés, au milieu d’une trentaine d’autres et autant sur bouées.

On ne peut pas dire que Chaguaramas soit un beau mouillage ! Mais ça  a un certain charme! C’est la première ville chantier que nous fréquentons ; ça sent la peinture et le gasoil… L’eau est marron, à cause des limons de l’Orénoque, de nombreux courants charrient des algues, des détritus, mais de nombreux poissons vivent là.

Nous avons vu des orphies ( deux d’entre elles rôdent autour du bateau toute la journée), des bernard-l’hermite, des poissons perroquets et même des tortues…La nuit, les cargos et plate-formes nous illuminent de leurs feux !

Pourquoi faire escale ici ? Nous comptons changer notre annexe qui a besoin de prendre une retraite bien méritée et faire refaire notre capote de descente ainsi que le taud arrière.  De plus , Florent va essayer de faire réparer le modem Skymate, toujours sous garantie.

Les jours à venir vont nous permettre de visiter Port of Spain et l’intérieur des terres , en voiture de location, s’il vous plait !

Mardi 12 août 

Nous fêtons les 7 ans d’Elsa, Programme de la journée :

        ¤ Restaurant de son choix à midi avec remise d’une partie des cadeaux (un jeu pour la DS : Léa passion vétérinaire).

        ¤ Rendez-vous avec mister smi, un perroquet amazone habitant sur un voilier au carénage. Il adore les enfants et se fait une joie de monter sur la tête d’Elsa. Il sait dire banane et café du matin, en anglais évidemment car ses propriétaires John et Heidi sont anglais et américaine. Ils vivent à l’année sur leur voilier entre Trinidad et les îles vierges. Ils font du charter.

¤ Le soir, repas choisi par la miss (steaks pâtes et crêpes), crêpes d’anniversaire avec bougies.

¤ Après avoir couché Lilian, un documentaire vidéo « C’est pas sorcier » sur les perroquets.

               JEU DS                PERROQUET            PERROQUET 2            CREPES

Nous  avons visité Port of Spain mercredi 13. Pour effectuer la vingtaine de kilomètres depuis le mouillage, nous avons testé les maxi taxi, petits monospaces  jaune et blanc d’une dizaine de places, tous « customisés » par leurs propriétaires. Pour 5 TT$, nous avons pris de la musique reggae plein les tympans et nous avons eu droit à une conduite plus que sportive…

Port of Spain est la capitale de Trinidad, 50 000 habitants, des autoroutes, des gratte-ciel et des commerces semblables aux nôtres ! Tout ce qui se fait de neuf est basé sur le modèle américain! Des fast-foods fleurissent à chaque angle de rue, ainsi que les succursales de grandes sociétés pétrolières, banques, concessions automobiles…

                                              PORT OF SPAIN                                            PORT OF SPAIN

Toutefois, les difficultés économiques dont la majorité de la population urbaine semble victime laissent subsister des relents de bidonvilles à chaque coin de rue.

Nous achetons le complément du cadeau d’anniversaire : un steel-pan de Trinidad (Tambour métallique)! Lilian aura un maracas gravé en noix de coco !

                                                                                        MUSIQUE

Nous visitons le jardin botanique et le zoo où nous voyons enfin des singes hurleurs, des ibis rouges et les fameux capybaras. 

                                                            IBIS ROUGE                                                    CAPYBARA

Pendant ce temps, notre artisan voilier, Carlos de Alpha Upholstery a bien travaillé et nous parons Galinette d’une nouvelle capote de descente, étanche et transparente, et d’un taud arrière en un seul morceau et imperméable…Quelle allure !

Nous louons une voiture pour le week-end pour 200 TT$.

Flo met un petit moment à dompter cette voiture automatique roulant du coté gauche !!  Nous descendons jusqu’à Waterloo, région habitée en majorité par des hindous. On compte environ  40% d’hindous à Trinidad, issus de l’ancienne main d’œuvre bon marché qui a remplacé les esclaves dans les plantations de cacao, café et coton. Ce sont eux qui ont introduit la mangue dans les caraïbes. Il y a des champs entiers de manguiers et il suffit de se baisser pour se servir ! Nous faisons de la  confiture !

                                                                                         mangue

Nous visitons des temples hindous, certains très simples, mais aussi de véritables monuments voués à leurs différents dieux, notamment Hanuman, divinité à tête de singe. Celui-ci mesure 24 mètres.

                                    mandir sadhu                    HANUMAN                    ELEPHANTS

Nous nous préparons à quitter TRIIDAD et TOBAGO qui célèbre sa médaille d'argent olympique du 100m pour se diriger vers le Vénézuela.

Après avoir fait le plein d’eau de Galinette, de nuit sur le ponton d’une marina, fait les dernières courses de produits frais, nous nous préparons à lever l’ancre pour les
Testigos le lundi 18 août
, à 100 miles de navigation en majorité de nuit pour être sûr d’arriver de jour sur ce groupe d'îles méconnues et peuplées d’une centaine d’habitants…  Nous comptons y séjourner une petite semaine (si les garde-côtes nous le permettent) avant de nous rendre à Margarita.

 

HAUT DE PAGE